Le journal révélateur : 3ème prix !

Suite au concours, un recueil de nouvelles a été publié. Cette nouvelle en est extraite.

Elle a été primée et a été classée en troisième position !

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-

 Le journal révélateur

Marie ROUSSEAU – 3e B

Enseignante : Mme Llorca

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_

Journal télévisé : « Aujourd’hui, un corps a été trouvé dans un fossé, c’est la quatrième adolescente découverte morte ce mois-ci. Bien que le mode opératoire change à chaque fois, les policiers pensent qu’ils ont affaire à un meurtrier en série. Nous savons que l’assassin lui a planté une paire de ciseaux dans la gorge après lui avoir entaillé les jambes. Nous vous informerons si de nouveaux indices s’ajoutent à l’enquête. »

J’éteignis la télévision, ce genre d’informations ne m’intéressait pas. Je regardai l’heure, 8h00, il devait bientôt arriver, ce beau garçon qui depuis un mois passait devant chez moi ! Vu son uniforme, il devait être au lycée près d’ici. La première fois que je l’avais vu, j’avais tout de suite craqué pour lui. Au début, il allait en cours tout seul puis une semaine plus tard, il s’y rendit avec une fille, enfin, chaque semaine, il y allait avec lui une fille différente. Tiens, le voilà ! Comme je l’avais pensé, il était avec une nouvelle fille. Bien sûr, j’étais jalouse mais je ne pouvais rien faire…

Je ne fis rien d’intéressant le reste de la journée. Le lendemain, comme d’habitude j’allumai la télé.

Journal télévisé : « Bonjour à tous, nous venons vous informer que de nouveaux indices ont été découverts concernant l’enquête sur les étudiantes assassinées. Les uniformes portés par les victimes indiquent qu’elles venaient toutes du lycée Bangtan Hight School. »

Dès que j’entendis ce nom, je fus extrêmement choquée, Bangtan Hight School était le nom du lycée à côté de chez moi, le lycée où allait le beau garçon que je voyais par ma fenêtre tous les matins. J’étais inquiète : et s’il lui arrivait quelque chose ? Même si, d’après les indices, le meurtrier ne s’attaquait qu’aux femmes, il pouvait très bien changer de cible !

Journal télévisé : « Voici les photos des victimes. Contactez-nous si vous avez des éléments qui pourraient aider à l’avancement de l’enquête. C’est la fin de nos informations. »

Je regardai avec attention, ces filles me disaient quelque chose mais il me fut impossible de retrouver leur identité, ni le lieu où je les avais vues. Il est vrai que, depuis deux ans, je n’avais plus droit de sortir de chez moi.

Toute la journée, je remuais les souvenirs : où avais-je pu voir ces filles ? Mais après toutes ces recherches vaines dans mon subconscient, je tombai de fatigue…

Journal télévisé : « Ce matin, une nouvelle victime se rajoute à la liste du tueur de lycéennes mais cette fois, le meurtrier n’a pas attendu une semaine pour commettre ses actes odieux. En exclusivité, voilà la photo de la victime. »

Encore une fois, la victime me disait quelque chose mais impossible de mettre un nom sur ce visage. J’allai à la fenêtre car c’était l’heure où ce garçon passait pour aller en cours. Comme toujours, il était encore avec une autre fille. Et là, j’eus un déclic ! La pauvre fille assassinée qui venait de passer à la télé et les autres victimes, c’étaient les filles qui accompagnaient ce garçon pour aller en cours ! Et si c’était lui le meurtrier ? Prise de panique, je m’évanouis.

Je me réveillai et regardai par ma fenêtre, il faisait encore nuit. Je regardai ensuite autour de moi mais une chose me troubla : j’étais devant ma porte, j’avais encore bougé pendant la nuit. J’essayai de me rappeler ce qui s’était passé et là je me souvins que je m’étais évanouie. Cela arrivait souvent depuis 2 ans : à chaque fois, je m’évanouissais ou je m’endormais après m’être mise en colère. Ce fut en constatant cela qu’il y a 2 ans, ma mère prit la décision de m’enfermer dans la maison et de ne plus m’approcher. Je ne savais pas pourquoi mais dans son regard, je lisais qu’elle avait peur de moi. Ces crises s’étaient calmées mais depuis un mois cela avait recommencé. Je décidai de retourner dans ma chambre.

Journal télévisé : « Aujourd’hui une personne est allée au poste de police et a avoué qu’elle avait été témoin d’un des meurtres du tueur de lycéennes. La police est en ce moment-même en train de l’interroger. »

Alors comme ça, un témoin avait été trouvé ! Cela me rassura mais j‘étais un peu inquiète… Et si mes doutes s’avéraient bons, si c’était le garçon de la fenêtre qui tuait ces filles ? Toutes ces questions dans ma tête m’épuisaient.

Journal télévisé : « Bonjour à tous. Aujourd’hui nous savons qui est le meurtrier, le témoin a fait sa déposition. Le tueur devrait être en ce moment interpellé par la police. »

La sonnette s’enclencha et j’entendis ma mère aller ouvrir. Pensant que ce n’était pas pour moi, je continuais à regarder la télé, impatiente de savoir qui était le meurtrier. Mais des pas venant vers ma chambre m’en empêchèrent. La porte s’ouvrit, deux policiers entrèrent et je jetai un regard apeuré vers ma mère. Mais elle ne fit que me regarder avec dégoût. Pourquoi étaient-ils ici ? Qu’est-ce que j’avais fait ? Ils me firent tout un discours sur mon droit de garder le silence, en me menottant. Après qu’ils aient refermé la porte du fourgon, je pus apercevoir le garçon par la fenêtre du véhicule. Il avait l’air triste et en colère contre moi, son regard me brisa complètement le cœur. Je continuai à le regarder jusqu’à que les policiers démarrent.

Journal télévisé : « Après tout ce mois d’enquête, nous pouvons enfin vous informer de l’identité du tueur. Le meurtrier est une jeune fille qui habitait à côté du lycée. Elle souffre d’un trouble de la personnalité. Après être tombée amoureuse d’un garçon qui passait devant sa fenêtre, par jalousie, une de ses personnalités s’est manifestée et a décidé de tuer toutes les filles qui approchaient ce garçon. Cette jeune fille est maintenant en hôpital psychiatrique. C’est la fin de nos informations. Veuillez rester prudents et passez une bonne soirée. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *