Les Disparus de Saint-Agil, Christian-Jaque critique des 6ème 7 !

Peu de temps avant la Première Guerre mondiale, au collège de Saint-Agil, des choses étranges se passent la nuit.

Beaume (Serge Grave), Sorgue (Jean Claudio) et Macroy (Marcel Mouloudji), trois élèves du collège de Saint-Agil, ont créé une association secrète, Les Chiches Capons, dans le but de préparer un tout aussi secret projet de départ pour l’Amérique. Un soir, dans la salle de sciences naturelles où ils tiennent leurs réunions, Sorgue voit un homme sortir d’un mur.

À la suite d’une visite chez le directeur (Aimé Clariond) à propos d’un chahut, Sorgue disparaît. Puis c’est au tour de Macroy. L’établissement est en émoi. Le directeur envisage de renvoyer Beaume, le dernier membre du trio encore présent, après la fête du collège.

Lors de cette fête, M. Lemel (Michel Simon), le professeur de dessin alcoolique, meurt, victime d’une chute durant une panne de courant qui plonge l’établissement dans le noir. Tout le monde croit à un accident. Beaume se cache pour enquêter, laissant ainsi croire qu’il a disparu à son tour ; avec l’aide du professeur d’anglais, M. Walter (Erich von Stroheim), il parvient à découvrir la vérité : le collège abrite un trafic de fausse monnaie. Lemel, qui réalisait les faux et qui collectionnait des toiles de valeur, a été tué par un de ses complices (le directeur), qui craignait qu’il ne révélât tout sous l’emprise de l’alcool.

Finalement Sorgue est libéré par ses camarades et le directeur est démasqué : il est le chef des trafiquants et avait enlevé Sorgue car celui-ci a vu un de ses complices utiliser un passage secret ; Macroy est ramené par les gendarmes, ayant été découvert en tant que passager clandestin pour l’Amérique. M. Walter est admis par les trois amis comme membre de leur société secrète.

Perle (3 étoiles) :

J’ai bien aimé le film car il était drôle et bien réalisé. Cependant, je regrette que les trois quarts de film se passent dans le pensionnat. Le fait que ce soit en noir et blanc ne m’a pas tout gêné. Je m’attendais à autre chose ; je pensais que le film serait plus inquiétant et que la disparition des deux enfants serait plus grave. Je pensais qu’il y aurait plus de suspense et que l’atmosphère serait plus pesante.

Gabriel (2 étoiles) :

Je trouve que le mileu du film est vite fait car après l’assassinat de Lemel, tout va très vite. En quasiment deux jours, on a la deuxième partie du film alors que la première, on la voit en quatre ou cinq jours. L’histoire des faux-monnayeurs met longtemps à se lancer. J’ai moyennement aimé ce film. Le rythme n’est pas très régulier.

Julie (3 étoiles) :

J’ai trouvé que le film était bien mais le noir et blanc m’a dérangé car on ne voyait pas bien. Aussi, vu que c’était un vieux film ; ça criait beaucoup et c’est dommage que le film ait eu du mal à se lancer.

Adèle (3 étoiles) :

Je trouve que le film est bien. Ce qui m’a plu, c’est quand tous les élèves se regroupent pour libérer Sorgue. Ce qui ne m’a pas plu, c’est quand le directeur pousse Lemel par la rembarde. Je trouve qu’il n’y a pas eu de suspense. J’aurais préféré que monsieur Lemel dévoile le secret et qu’il y ait une enquête.

Ibtissame (2 étoiles) :

Je n’ai pas aimé ce film car je m’attendais à du suspense mais ce n’était pas ce que j’attendais en regardant le film. Et aussi, c’était en noir et blanc ; ce n’est pas le genre de film que j’aime. Mais  c’était drôle quand monsieur Donnadieu disait à chaque fois « Il va y avoir la guerre ! » et quand les trois garçons disent bonjour au squelette.

Ewen (5 étoiles) :

J’ai bien aimé le film parce qu’il y avait du suspense comme l’homme qui apparaît et disparaît derrière le mur, les enfants qui disparaissent chacun à leur tour. Le noir et blanc m’a plu. Je conseille de regarder ce film.

Lohann (3 étoiles) :

J’ai bien aimé ce film car l’histoire était bien. Les enfants, Beaume, Sorgue et Macroy jouaient bien leurs rôles mais les adultes, Planet, Donnadieu, Walter, Lemel, Boisse et les faux-monnayeurs jouaient moins bien ; ils étaient peu crédibles. J’ai bien aimé les moments de suspense qui étaient nombreux. J’ai beaucoup moins aimé les moments avec les faux-monnayeurs car les scènes se passaient trop vite. Les trois quarts du film se passaient dans le pensionnat. Je n’ai pas aimé le noir et blanc car je ne voyais pas les détails.

Timothée (2 étoiles) :

J’ai aimé ce film car quand monsieur Lemel était ivre, c’était drôle tout comme le passage dans lequel les faux-monnayeurs ne savent pas lire.

Lorik (3 étoiles) :

Je n’ai pas trop aimé ce film car l’histoire était bizarre : un enfant disparaît d’un seul coup puis un deuxième. A la fin, l’un est retrouvé, l’autre revient avec un gendarme. Je n’ai pas compris. Le fait que ce soit en noir et blanc n’a rien changé mais la bande son n’était pas super agréable. Je trouve qu’il y avait assez de suspense pour un film de 1938.

Noé (1 étoile) :

J’ai moyennement aimé le film parce qu’il n’y avait pas énormément de suspense. Le film était en noir et blanc. Les moments les plus ennuyeux étaient les plus longs par exemple le moment où il y a la fête  dans laquelle Lemel est ivre. A la fin, tout se passe trop rapidement : la fin du mystère, l’arrivée de Macroy, la découverte du coupable. Mais j’ai aimé le côté stressant du film.

Océane (5 étoiles) :

J’ai bien aimé les trois garçons ; ils avaient l’air sérieux pour leur projet ; il leur tenait vraiment à coeur. Ils étaient vraiment courageux. Mais je n’ai pas aimé que ce soit en noir en blanc. Le signe pour saluer Martin était amusant. J’ai bien aimé le directueur qui est vraiment attachant avec les enfants mais pas avec les adultes.

Aya (2 étoiles) :

Je n’ai pas aimé car c’était en noir et blanc car il y a moins de suspense et c’est ancien. Je pensais que les deux enfants Sorgue et Macroy avaient disparu pour vivre une aventure.

Shyne (3 étoiles) :

J’ai bien aimé ce film parce que les trois garçons ne se laissent pas faire. Monsieur Walter est différent des autres professeurs ; il n’est pas du genre à critiquer. Il y avait du suspense quand le kidnappeur est reveni prendre les gravures dans la chambre de Lemel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *